Plus l’acquéreur est jeune, plus il accumule des richesses

Plus_l_acquéreur_est_jeune,_plus_il_accumule_des_richesses

#

 

 

 

Une étude de l’Urban Institute révèle que ceux qui ont acheté tôt ont obtenu les meilleurs rendements pour leur logement au cours de leur vie. Ceux qui achètent une maison en tant que jeunes adultes en bénéficient plus tard dans la vie, l’effet est significatif par rapport à ceux qui attendent plus longtemps pour devenir propriétaires Ceux qui ont acheté leur première maison entre 25 et 34 ans ont la plus grande richesse immobilière à la soixantaine. À l’âge de 61 ans, leur avoir immobilier médian est proche de 150 000 euros.

 

Ceux qui ont acheté leur maison plus tard ont un patrimoine immobilier nettement inférieur. Dix ans d’appréciation peuvent à eux seuls faire une grande différence. Il y a une différence de 72 000 euros dans la richesse immobilière médiane de ceux qui ont acheté leur première maison entre 25 et 34 ans et ceux qui ont attendu d’avoir entre 35 et 44 ans. S’ils attendent d’avoir 45 ans ou plus, la richesse médiane est inférieure de plus de 100 000 euros. Et si ceux qui ont acheté leur maison avant 25 ans ont une valeur médiane de 130 000 euros.

 

Les acheteurs les plus jeunes ont des revenus plus faibles, sont moins éduqués et achètent des maisons moins chères. La valeur médiane de la première maison de ces acheteurs est inférieure à 70 000 euros, alors que la valeur médiane de la première maison est d’environ 125 000 euros pour les trois autres groupes.

Mais, même si ces jeunes propriétaires se sont retrouvés avec moins d’équité médiane, ils ont le meilleur retour sur leur investissement immobilier. Le rapport entre l’équité médiane de la maison à l’âge de 60 ou 61 ans et le prix médian de la première maison diminue avec l’âge de son achat : le rapport est plus élevé pour ceux qui ont acheté leur première maison avant 25 ans (1,93) et le plus bas pour ceux qui l’ont acheté après 44 ans (0,36).

En résumé, ceux qui ont acheté une maison avant l’âge de 25 ans en ont eu pour leur argent en matière de logement. Ceux qui ont acheté plus tôt ont moins de dettes hypothécaires à la soixantaine.

 

Pour ceux qui ont acheté leur première maison quand ils étaient plus jeunes, une plus grande valeur nette immobilière provient de l’appréciation du prix de la maison et du remboursement de leur dette hypothécaire. Ceux qui ont acheté leur première maison entre 25 et 34 ans vivent dans des maisons plus chères à la soixantaine que ceux qui ont acheté plus tôt ou plus tard. La valeur médiane de leur maison à l’âge de 60 ou 61 ans est de 240 000 euros.

Ceux qui ont acheté avant 25 ans ont une valeur médiane de leur maison plus faible lorsqu’ils sont plus âgés (comme on pourrait s’y attendre en raison de leur niveau d’éducation plus faible), mais ont une dette hypothécaire plus faible parce qu’ils ont été propriétaires de leur maison plus longtemps. Leur capital médian restant est inférieur à 11 000 euros, ce qui est considérablement inférieur aux trois autres groupes.

 

Cela suggère que le report de l’achat d’une maison pourrait avoir des conséquences économiques à long terme pour les milléniaux et le bien-être économique de la nation.

Lorsque les gens vieillissent jusqu’à la retraite, ils comptent davantage sur leur patrimoine que sur leurs revenus pour soutenir leur style de vie.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn