Les 5 types de dépensiers : Lequel êtes-vous ?

Dépenser de l’argent et accumuler des biens matériels peut créer une dépendance. En fait, vous pouvez même ressentir une libération de dopamine dans votre cerveau, vous donnant un high naturel, de la simple anticipation d’acheter quelque chose que vous voulez. Vouloir obtenir ce nouveau pic de bien-être peut vous amener à vous justifier pour expliquer pourquoi vous avez « besoin » de faire un achat. Aujourd’hui, nous allons identifier cinq types de dépensiers pour vous aider à identifier le pourquoi commun à vos achats. Ce n’est pas un remède instantané contre les dépenses excessives, mais ce sont les premières étapes pour faire le travail.

 

1. Faites-vous plaisir

Ah, la vieille routine de justification de « Je travaille dur, donc je mérite ça. » Il y a certainement des moments où il est logique de se livrer à un petit « Faites-vous plaisir », mais il est beaucoup trop facile de laisser cela devenir une excuse constante pour des dépenses somptueuses et s’enfoncer dans un cycle d’endettement. Si vous utilisez cette mentalité pour justifier vos achats de dépenses plus de 3 fois par an, alors c’est trop. 

 

2. FOMO

Un dépensier FOMO est celui qui laisse les autres avoir un contrôle considérable sur quand et comment vous dépensez. Vous voulez juste être inclus, donc vous êtes prêt à dépenser ce qu’il faut pour suivre le mouvement.

Au lieu d’être proactif sur vos priorités financières, vous opérez principalement sur les caprices de ne pas vouloir vous sentir exclu. Cela pourrait se manifester en faisant des voyages ou même en essayant de suivre la façon dont certaines personnes dans votre vie s’habillent, s’entraînent et socialisent.

Nous faisons tous des achats occasionnels de FOMO. J’en ai eu un en août dernier lorsque j’ai décidé à la dernière minute de m’envoler pour Nice afin de surprendre l’une de mes meilleures amies pour son 30e anniversaire. C’est tout à fait admissible comme achat FOMO, parce que je ne voulais vraiment pas faire face à la jalousie de les voir faire la fête sur un bateau sans moi! 

 

3. Apaisant

Similaire à l’alimentation de confort, ce type de dépensier est quelqu’un qui fait un achat (petit ou grand) quand il se sent déprimé. Comme je l’ai mentionné au début, l’anticipation d’un achat peut libérer de la dopamine dans votre cerveau, ce qui vous donne ces picotements de bien-être, il est donc logique que certaines personnes se tournent vers le shopping pour s’apaiser. 

Prenez note des moments où vous avez tendance à faire des achats impulsifs. Si vous avez l’habitude de le faire lorsque vous avez passé une mauvaise journée, que vous vous êtes disputé avec votre petit ami ou que votre patron vous a engueulé – eh bien, il s’agit probablement de votre type de dépenses. 

 

4. L’ennui pur et simple

Eh, vous vous ennuyez un peu alors autant parcourir quelques boutiques en ligne ou, encore plus fou, aller dans un vrai magasin !

Ce style de dépense nous ramène à l’époque où vous flâniez simplement au centre commercial avec vos amis au lycée. C’était quelque chose à faire. Essayez de trouver une liste d’autres distractions si vous avez tendance à faire du shopping comme activité de remplissage.

 

5. Chercheur d’aubaines

Il y a tout un genre d’émission de téléréalité sur le couponnage, donc le chercheur d’aubaines est à 100% un type commun de dépensier. Et bien sûr, certaines de ces personnes se rapprochent de zéro et ne dépensent pas beaucoup pour tous leurs achats, mais les heures de travail passées à rechercher ces offres valent beaucoup d’argent ! 

Vous êtes peut-être un chercheur d’offres si vous utilisez l’excuse  » mais c’était en solde  » pour faire des achats dont vous n’avez pas vraiment besoin. C’est une chose si vous savez que vous devez acheter de nouveaux vêtements ou de nouveaux ustensiles de cuisine, alors vous tenez bon pour les soldes, mais c’en est une autre si vous recevez un courriel d’alerte vous informant que votre magasin préféré fait des soldes et que vous vous en servez pour justifier votre achat. 

Si vous n’en aviez pas besoin de toute façon, c’est toujours un gaspillage d’argent, peu importe la qualité de l’offre.