George Soros entre dans la grande entreprise de données Palantir

Deux gros bonnets du monde de l’investissement ont récemment pris des participations dans Palantir, la grande société de données secrète et controversée, soutenue par Peter Thiel, qui a commencé ses activités à Wall Street en septembre.

Soros Fund Management, dirigée par l’investisseur milliardaire et philanthrope George Soros, et Third Point, la société dirigée par l’investisseur occasionnel militant Dan Loeb, ont tous deux révélé vendredi dernier qu’ils détenaient des actions de Palantir.

Soros Fund Management a acquis 18,5 millions d’actions de Palantir tandis que Third Point a pris une position plus modeste de 2,4 millions d’actions.

L’investissement de Soros valait environ 175,3 millions d’euros, selon un dossier déposé auprès de la Securities and Exchange Commission. Cela correspond à un prix d’achat de 9,50 euros par action. Le titre de Palantir se négocie actuellement à un peu moins de 16 euros l’action, de sorte que la participation de Soros est maintenant évaluée à environ 294 millions d’euros.

Palantir a été introduite en bourse par le biais d’une cotation directe des actions existantes à la Bourse de New York. Cela signifie que Palantir n’a pas eu besoin de vendre de nouvelles actions par le biais d’une offre publique initiale plus traditionnelle. C’est ainsi que Spotify et Slack ont également commencé à négocier à Wall Street.

Les actions de Palantir ont plus que doublé par rapport à leur prix de référence de 7,25 euros par action le jour de la cotation directe. Palantir vaut maintenant près de 30 milliards d’euros.

La société, qui compte de nombreux clients gouvernementaux dans le monde entier, a participé au suivi des données relatives à la propagation du coronavirus ainsi qu’à la distribution potentielle de vaccins.

Mais Palantir a également fait l’objet de controverses en raison de ses relations avec les agences gouvernementales et de la grande quantité de données qu’elle suit. Cela a suscité des inquiétudes quant à la protection de la vie privée des consommateurs.

Les plateformes Gotham, Foundry et Apollo de la société ont été utilisées pour surveiller les activités terroristes. Les grandes entreprises utilisent également les services de Palantir pour analyser les données relatives aux conditions météorologiques et aux achats des consommateurs.

Palantir a été cofondée par Thiel, un investisseur en capital-risque connu pour être membre de la « mafia PayPal » qui a contribué au lancement du géant des paiements.

Thiel, qui a des tendances politiques plus conservatrices, a également soutenu le président Trump en 2016 et est actuellement membre du conseil d’administration de Facebook. Cela fait de lui un cas particulier dans la Silicon Valley, à majorité démocrate.

Cela rend également l’investissement de Soros plus intéressant, étant donné que l’investisseur est connu pour son soutien aux causes libérales.

Jusqu’à récemment, on savait peu de choses sur les finances de Palantir. Mais avant d’entrer en bourse, la société a révélé que si ses revenus sont en hausse, elle n’est pas encore rentable.

C’est courant pour de nombreuses soi-disant licornes, des start-ups privées qui commandent des évaluations de plusieurs milliards de euros. Palantir a révélé des résultats prometteurs pour le troisième trimestre la semaine dernière, le premier rapport sur les bénéfices depuis la cotation directe.

Palantir a déclaré que les ventes ont bondi de 52 % à 289,2 millions d’euros et a augmenté ses perspectives de revenus pour l’année entière. La société a également annoncé qu’elle avait remporté de nouveaux contrats avec l’armée américaine et les instituts nationaux de la santé.

La société a perdu beaucoup d’argent au cours du trimestre – 853,3 millions d’euros, en fait.

Mais Palantir a fait remarquer qu’une grande partie de ses pertes était due aux 847 millions d’euros de frais de compensation liés à la cotation directe. En excluant ces dépenses et d’autres liées aux débuts à Wall Street, Palantir a déclaré un bénéfice net de 73,1 millions d’euros. Les actions ont grimpé de plus de 8 % au journal télévisé de vendredi.