Adyen : Voici comment Adyen perturbe le traitement des paiements

Alors que les multinationales adoptent des stratégies de vente multicanaux et pénètrent les marchés mondiaux, elles doivent se poser la question suivante : comment allons-nous accepter le paiement ? Prenons l’exemple de Nike – une entreprise omni-canal qui vend des produits dans le monde entier. Elle est confrontée à deux problèmes principaux. Premièrement, le système mondial de points de vente de Nike est fragmenté entre de nombreux intermédiaires : différentes passerelles de paiement, fournisseurs de services, acquéreurs et processeurs. Cette structure augmente intrinsèquement les coûts, car des frais sont payés à chaque intermédiaire au cours du processus. En outre, il est difficile de créer une vue unique de leur client, car ils doivent consolider les données de paiement provenant des fournisseurs de services en ligne et mobiles. Deuxièmement, les préférences des consommateurs en matière de paiement diffèrent dans le monde entier, ce qui signifie que Nike doit travailler avec un nouvel ensemble d’intermédiaires pour chaque zone géographique et chaque forme de paiement que le client souhaite utiliser (par exemple, Visa, Alipay, Giropay). Ce canal de distribution mondial et complexe implique davantage de contrats avec les fournisseurs, plus d’intégration des systèmes et des processus et, en fin de compte, des coûts plus élevés.

En 2015, Nike a choisi Adyen comme processeur de paiement pour résoudre ces problèmes. Adyen est une passerelle de paiement, un fournisseur de services, un acquéreur et un processeur pour le commerce en ligne et le commerce de détail. Adyen ne nécessite qu’un seul système, une seule intégration de processus et un seul contrat pour qu’une entreprise multinationale puisse servir des clients dans plus de 150 pays et accepter plus de 200 méthodes de paiement.

Le marché mondial du traitement des paiements est énorme, avec 1,6 trillion de dollars US de revenus totaux adressables. Les revenus des paiements devraient croître à un taux de croissance annuel moyen de 7 % jusqu’en 2021. Adyen dispose d’une grande marge de croissance, car une augmentation de 1 % de la part de marché d’Adyen entraînera des recettes supplémentaires de 1,6 milliard d’euros.

Ce secteur des paiements massifs a traditionnellement soutenu de nombreux intermédiaires, ce qu’Adyen a perturbé.

Parmi les principaux concurrents d’Adyen figurent des sociétés comme PayPal, Worldpay et Stripe. Adyen s’occupe des grandes opérations internationales tandis que Stripe cible la communauté des développeurs d’applications en démarrage, compensant un volume plus faible par une marge légèrement plus élevée. L’année dernière, en 2017, le volume de transactions d’Adyen s’est élevé à 130 milliards d’euros, tandis que les revenus nets ont atteint 262 millions d’euros. La société encaisse moins de 1 % de chaque euro traité, ce qui est bien inférieur aux 2 à 3 % que font Worldpay, PayPal et Stripe.

L’une des propositions d’Adyen est la transparence des frais. Ils fournissent une liste complète des prix pour les méthodes de paiement supportées sur leur site web. Adyen facture des frais de traitement et de méthode de paiement par transaction. Les frais de traitement sont un montant fixe perçu par Adyen, soit 0,12 $ en Amérique du Nord, en Asie-Pacifique, en Amérique latine et 0,10 € en Europe. En fonction du mode de paiement, des frais supplémentaires sont facturés en fonction de la commission d’interchange facturée par la banque émettrice, des frais facturés par le système de cartes et de la marge bénéficiaire de l’acquéreur. Ces frais sont clairement indiqués sur leur site web et peuvent être prévus par les commerçants avant l’exécution de la transaction.

En quoi Adyen est-il différent ?

Pieter van der Does, PDG, et Arnout Schuijff, directeur technique, ont fondé Adyen en 2006 avec d’autres entrepreneurs. Convaincus que la technologie actuelle des paiements était dépassée, ils ont voulu créer quelque chose qui pourrait mieux servir notre monde qui se mondialise rapidement. Ils ont baptisé l’entreprise Adyen, ce qui signifie « recommencer à zéro » en surinamais, et ont décidé de construire une fintech qui pourrait relier les entreprises aux réseaux internationaux de cartes et aux méthodes de paiement locales.

Schuijff et van der Does ont financé Adyen après avoir vendu leur précédente start-up, Bibit, qui était une plateforme de facturation pour de petites quantités de contenu, à la Royal Bank of Scotland. Les partenaires ont commencé à lancer Adyen en se concentrant sur la création de la plateforme et la conclusion de contrats. En juin 2014, Adyen a levé 16 millions d’euros pour aider à financer son expansion aux États-Unis. Six mois plus tard, en décembre 2014, Adyen a levé 250 millions d’euros supplémentaires dans le cadre d’un financement de série B dirigé par General Atlantic, qui a évalué la société à 1,5 milliard d’euros. En septembre 2015, il a été rapporté qu’Iconiq Capital, une société d’investissement privée, a accepté d’ajouter des fonds à Adyen, ce qui a valu à la société 2,3 milliards d’euros, mais aucun chiffre n’a jamais été publié.

En juin 2018, Adyen est entrée en bourse sur Euronext avec une capitalisation boursière implicite de 7,1 milliards d’euros sur la base de la structure actuelle du capital et des actions privées précédemment émises. En novembre 2018, le cours de l’action Adyen a plus que doublé et sa valeur de marché s’élève à 16,7 milliards d’euros.

Adyen a connu un grand succès jusqu’à présent. Au cours du premier semestre 2018, elle a traité pour 70 milliards d’euros de transactions, soit une hausse de 43 % par rapport à la même période en 2017.

Adyen a acquis des clients B2B allant des grandes marques de détail aux géants de la technologie : Tiffany & Co, Uber, Netflix et easyJet. Pour les détaillants comme Nike qui traitent à la fois des ventes physiques et en ligne, Adyen leur permet de maximiser les avantages du commerce de détail omnicanal, en traitant les paiements sous un seul système.

L’un des principaux avantages d’Adyen est qu’il agit comme une plateforme mondiale avec des connexions directes aux cartes internationales, permettant une expansion « plug and play » dans de nouvelles régions. De plus, Adyen est équipé de méthodes de paiement locales et d’une expertise car les méthodes de paiement préférées sont différentes dans le monde entier, comme Alipay en Chine, qui représente 65% des paiements en ligne. La vaste portée géographique d’Adyen et son expérience à grande échelle s’étendent à plus de 150 devises et plus de 200 méthodes de paiement. Adyen propose un commerce unifié entre les pays et les canaux – en ligne, sur mobile et en magasin. Les commerçants ont accès à des données centralisées sur les consommateurs et sont en mesure de gérer tous les paiements sur l’ensemble des canaux et des pays avec une seule intégration, un seul backend et un seul contrat.

En outre, Adyen regroupe les données de paiement pour offrir aux commerçants des informations sur les consommateurs, ce qui est essentiel pour la gestion de la relation client. De plus, Adyen dispose d’un système interne de gestion des risques entièrement intégré, ce qui signifie que les commerçants peuvent externaliser toutes leurs questions de sécurité et de conformité réglementaire. Adyen offre une protection contre la fraude pour tous les modes de paiement, et pas seulement pour les cartes. En outre, pour soutenir ses efforts de réduction des risques potentiels, Adyen utilise des données et l’apprentissage automatique dans son routage des paiements, optimisant ainsi les taux d’autorisation. Son ensemble croissant de données et son investissement initial dans l’infrastructure des sciences des données permettent d’envisager des extensions rapides vers d’autres produits et services basés sur les données dans le futur. En intégrant les processus de passerelle, de gestion des risques et de traitement et d’acquisition dans une seule plate-forme, Adyen présente ces avantages clés : une portée mondiale, un commerce unifié et des données centralisées.

Tout le développement de logiciels, l’administration, la mise en réseau, la gestion des bases de données et la sécurité sont effectués en interne. Leurs systèmes sont conçus pour un temps de fonctionnement maximal grâce à une architecture orientée services (SOA) redondante et sans état qui accepte les paiements simultanément sur plusieurs sites d’hébergement. Actuellement, Adyen gère tous ses propres serveurs et héberge son système principal dans des centres de données en Europe et aux États-Unis. Ils ne sous-traitent aucune opération car ils veulent garantir les plus hauts standards de sécurité, d’intégrité et de stabilité en gardant le contrôle total de leurs composants.

Adyen est une plateforme multi-faces qui facture exclusivement les commerçants. La valeur pour les commerçants est dérivée des partenariats qu’ils ont formés avec les systèmes de cartes, ainsi que des plates-formes technologiques. Adyen s’est associée à des plates-formes populaires de commerce électronique, de facturation et de points de vente pour garantir que sa solution « plug-and-play » s’intégrera de manière transparente dans la pile technologique de ses clients marchands.

Comment Adyen va-t-il continuer à connaître le succès ?

Adyen s’efforce d’offrir à ses commerçants la meilleure expérience de paiement possible en innovant constamment. Adyen améliore continuellement ses produits grâce à des mises à jour logicielles régulières toutes les quatre semaines afin de s’assurer qu’ils restent compétitifs face à la concurrence et d’étendre leur offre de produits. Grâce à son modèle commercial évolutif, Adyen devrait se concentrer sur le développement de partenariats avec des commerçants dans des pays comme la Chine et l’Inde, où la croissance du commerce électronique est la plus forte. Bien que les perspectives dans le domaine des paiements B2C soient positives, Adyen devrait envisager de faire progresser les industries adjacentes. Les relations avec les systèmes de cartes du monde entier constituent un facteur clé de différenciation sur le marché. Adyen devrait-elle entrer sur le marché des paiements C2C pour tirer parti de cette capacité, exploiter une nouvelle source de revenus et mieux comprendre les besoins des consommateurs ? Seul l’avenir nous le dira.