Verrons-nous un jour une autre grande dépression ?

L’automne 2008 semble loin, mais il y a beaucoup de moments de la crise financière qui sont gravés dans notre mémoire.

À ce moment-là, personne ne se souciait même du rendement des fonds. Tout a été mauvais (sauf les obligations de haute qualité, les liquidités et certaines stratégies de managed futures). Tout le monde voulait juste savoir ce qui allait se passer ensuite.

Aux Etats-Unis

Alors que le Congrès américain débattait des mérites d’un plan de sauvetage du système financier, le président George W. Bush a déclaré : « Si l’argent n’est pas relâché, ce pigeon pourrait couler. »

Nous étions probablement plus près d’une dépression que la plupart des gens ne le pensent si certaines choses s’étaient passées différemment.

La Grande Récession est à peu près la pire récession que le système financier ait connue. Certaines personnes semblent penser (espérer ?) que le système entier s’effondre un jour. Peut-être que cela se produit ou qu’une invasion extraterrestre détruit les marchés financiers tels que nous les connaissons pour de bon.

L’économie américaine est beaucoup plus mature, dynamique et diversifiée, les marchés sont plus professionnalisés et la Fed a plus de pouvoir pour intervenir en tant que prêteur de dernier recours que dans les années 1930.

Et aussi grave que la récession de 1929, la Grande Dépression était d’un autre monde en termes de volatilité des marchés (sans parler des effets économiques).

Entre 1929 et 1933, les actions américaines ont chuté à deux chiffres en 13 mois différents. Trois fois, il y a eu des pertes de 20 % ou plus en un seul mois ! Le pire s’est produit en septembre 1931, lorsque le marché a chuté de près de 30 %.

Le marché n’a enregistré que deux pertes à deux chiffres au cours de la période 2007-2009 (octobre 2008 et février 2009).

Il y a eu une période de trois mois en 1932 où les actions ont chuté de 12 %, 20 %, puis 22 % de plus en mars, avril et mai de la même année. Au cours de ces trois mois seulement, les actions ont chuté de 45 %, soit presque autant qu’au cours de la période 2007-2009. Ne jamais dire jamais sur les marchés, mais il serait difficile de voir cela se reproduire aux États-Unis.

En Grèce

Mais cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas voir des scénarios de type dépression dans d’autres pays où les marchés sont moins dynamiques, moins diversifiés et moins matures.

En fait, la Grèce est actuellement dans une spirale infernale qui est pire que tout ce qu’elle a connu pendant la Grande Dépression.

Cet indice des valeurs grecques souffre actuellement d’une baisse de 97% par rapport aux sommets atteints avant la crise financière. Et ce, malgré les rendements de 36 % des actions grecques en 2019. Il y a bien sûr des raisons à ces pertes. Il n’y a que 32 titres dans cet indice, dont 65 % de la valeur dans les 10 premiers noms seulement.

Les choses s’améliorent lentement en Grèce, avec des signes de croissance et des rendements obligataires en forte baisse depuis l’apogée de la crise de la dette européenne. Mais le pays a connu une croissance économique négative pendant un certain nombre d’années après la crise. Le PIB s’est contracté de 2008 à 2015.

Il serait peut-être difficile de voir une autre Grande Dépression aux États-Unis, mais cela peut certainement arriver aux petites économies et aux économies émergentes qui n’ont pas certains des avantages intégrés qu’aux États-Unis.

Consultez également notre article complet sur les récessions.